Historique

Mémoire de la Déportation dans l’Ain – Mémorial départemental de Nantua

Les associations de déportés

Dès la fin de la guerre et leur rapatriement, les rescapés des camps de concentration ont eu à coeur de constituer une fraternité qui, en dehors de toute idéologie, souderait fermement ceux qui avaient partagé les périls de la Résistance et les souffrances de la Déportation et qui entretiendrait le souvenir de ceux qui ne sont pas revenus.

Ils se sont regroupés en deux associations : la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants, Patriotes (FNDIRP) et l’Union Nationale des Associations des Déportés, Internés  et Familles de disparus -  Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants (UNADIF-FNDIR). Toutes deux se sont mobilisées sans attendre pour que les victimes de la barbarie nazie fassent valoir leur statut de déportés et tous leurs droits. 

Rendre hommage aux victimes et lutter contre l'oubli

Histoire du Comité des Déportés par son fondateur Simon Pernod  

En 1946, à Nantua, sous l'impulsion de Simon Pernod, Maurice Pellaudin et Raymond Piquet, le Comité des déportés envisage la réalisation d'un monument commémoratif, rappelant l'enfer des camps de concentration et rendant hommage aux victimes de la barbarie nazie. 

Le Comité d'érection du monument est chargé d'en coordonner la construction. A l'origine de dimension cantonale, le projet prend une ampleur départementale, à la demande du Préfet Lécène, lui-même ancien déporté. 595 noms sont alors gravés dans la pierre, mais seules les personnes mortes en déportation et recensées à l'époques ont été prises en compte.  

Le dimanche 6 novembre 1949, a lieu l'inauguration solennelle. C'était le premier monument départemental aux déportés réalisé en France.

 

 

Cérémonie au monument, 1953, de gauche à droite au 2e rang : M. Ravier (chef de l'AS de Nantua), Pierre Villeneuve, Louis Charbonneyriat (adjoints au maire de Nantua). Au 1er rang : le sous-préfet Yves Aubert, Gilbert Jantet (déporté), Claudius Piron (maire de Nantua). 
Coll. privée.
 
L'arrivée des gerbes et des porte-drapeaux au monument. Gabriel Grosbon (déporté) porte la gerbe de fleurs blanches ; Louis Mutin-Bondet (déporté, 3e en partant de la droite). non daté. Coll. privée.
 
Une urne contenant des cendres du crématorium de Buchenwald est amenée au Monument des Déportés. Elle sera scellée dans le monument. Non daté, coll. privée.
 
Dépôt de gerbe au monument, non daté. Coll. privée.
 
 
Personnalités devant le monument, Marcel Anthonioz député de l'Ain, Georges Dupoizat préfet de l'Ain,, Henri Girousse, Claudius Piron maire de Nantua, 1965. Coll. privée.
Raymond Piquet, Mme ? , Louis Chanel remet une décoration à Paul Janusczok, non daté. Coll. privée.
 
Mme Louise Pioda et Paul Morin ravivent la flamme devant le monument des déportés ; de dos: Henri Romans-Petit. Document non daté. Coll. privée.
 
Minute de silence devant le monument, début années 1970, au premier rang M. Chevalerias (adjoint a maire), René Jomain, le sous-préfet Herbert, Simon Pernod, Melle Yvette Rulhand (fille déporté, derrière l'épaule du gendarme : Louis Seigne-Martin. à l'avant Maurice Pellaudin. Non daté, coll. privée.
 
Personnalités devant le monument : le sous-préfet Yves Aubert, Henri Girousse dit "Chabot", Simon Pernod et René Jomain dit "l'Arbalette", non daté. Coll. privée.
 
Personnalités devant le monument : Paul Morin, ?, non daté. Coll. privée.
 
Recueillement face aux plaques de noms de déportés, non daté. Coll. privée.
 
Cérémonie au monument des déportés le 14 décembre 1966. Coll. privée.