Décembre 1943

La rafle de Nantua

14 décembre 1943, 8 h du matin

 

Le nom de la place devant la
gare rappelle la sinistre
journée du 14 décembre 1943.
 
Façade de la gare de Nantua.

500 militaires allemands appartenant aux forces de police et à la SS débarquent à 7 h 50 en gare de Nantua à bord d’un train en provenance de Bellegarde. La ville est bouclée. Les soldats se déploient dans les rues, bloquent les issues et inspectent les domiciles. Tous les hommes valides sont arrêtés et regroupés. Au collège, au moment de la récréation de 10 h, l’établissement est fouillé, pendant que tous les élèves et le personnel sont alignés contre un mur dans la cour. 21 d’entre eux sont arrêtés et regroupés à la gare avec tous les autres raflés.

 

Maison où Emile Mercier reçut
le général Delestraint à Nantua.
Plaque commémorative en
mémoire d'Emile Mercier.











 

 

 

 

Le docteur Emile Mercier, l'adjoint au maire Antonin Allante et le capitaine de gendarmerie Paul Vercher sont gardés dans un local spécial en gare de Nantua durant la rafle. Dénoncé, le docteur Mercier est conduit en traction dans l’après-midi sur la route de Maillat où il est fusillé.

 

Quai de la gare de Nantua où les
raflés montèrent dans des wagons.


Environ 130 hommes âgés de 18 à 40 ans sont ainsi embarqués dans un train qui quitte la gare vers 13 h en direction de Bourg-en-Bresse. 11 prisonniers ont pu s’échapper des wagons avec la complicité des cheminots qui parvenaient à ralentir la vitesse du train. Les autres seront transférés au camp de Royallieu à Compiègne le lendemain, puis au camp de Buchenwald.

Au total, sur les 116 personnes déportées, 95 ne sont jamais revenues.

 

 

Témoignage sur la rafle de Nantua par Louis Seigne-Martin  

Récit de la rafle de Nantua par Simon Pernod  

 

 

► En savoir plus : http://www.maquisdelain.org/index.php?r=article&id=18